Gunkanjima : Les Souvenirs de Doutoku-san (5/10)

Gunkanjima : Les Souvenirs de Doutoku-san (5/10)

Doutoku-san est le guide officiel de Gunkanjima mais aussi le responsable de l’association qui tente de faire reconnaître l’île abandonnée auprès de l’UNESCO. Mais le fait le plus intéressant chez Doutoku-san c’est qu’il a vécu sur l’île et sa mémoire est pleine de souvenirs. Il a été très gentil de partager quelques-uns d’entre-eux avec moi à partir de mots clés que j’ai choisi. Voici donc un beau voyage dans le temps avec un ancien habitant de Gunkanjima.

Gunkanjima: Wood & Concrete
Gunkanjima: Wood & Concrete.

Les Chambres

Doutoku-san : En dehors du personnel hébergé dans un bâtiment spécial, la plupart des habitants de l’île étaient des mineurs vivant dans des appartements de deux pièces, de 63m2 ou de 112m2. Pour des familles de cinq personnes, ça semblerait aujourd’hui plutôt petit mais à l’époque c’était simplement un problème d’organisation. L’espace était utilisé de manière optimale. Les appartements avaient tous exactement le même design mais nous leur donnions des apparences complètement différentes. Les anciens habitants de l’île ont des souvenirs très agréables de leurs anciens appartements. Il était facile d’y vivre et tout le monde s’entendait bien.

Les passerelles entre les immeubles simplifiaient les trajets et connectaient ces petits espaces tous ensemble afin de créer une grande communauté.

Avec une telle promiscuité, nous étions forcés de faire des efforts. Tout naturellement, une sorte de sagesse se développa naturellement et même les échanges entre les différents immeubles d’habitation devinrent fort.

Scary Hashima Apartments
Scary Hashima Apartments.

 

Rainy Hashima Apartments
Rainy Hashima Apartments.

Les Toilettes

Doutoku-san : Avant de déménager au Block 65, j’habitais dans le Block 16-17. Les toilettes étaient partagées par tout le monde. Il y faisait tellement noir que nous y devions utiliser la lumière même en plein jour ! J’avais surtout très peur de m’y rendre pendant la nuit alors à chaque démenagement je priais pour que nous soyons placé près de l’une d’entre-elles…

Dans le passé, les chambres étaient allouées via un système à points. Ces points étaient accordés selon le statut des travailleurs et selon le type ou la taille de la famille. Ce système fût aboli en 1966. Ils n’étaient pas évident de pouvoir se reloger. D’après mon expérience cependant, à chaque fois qu’il y avait un appartement libre, nous pouvions y déménager plutôt facilement.

J’ai eu la chance de pouvoir habiter enfin dans le Block 65. Et vers la fin d’Hashima, j’ai même pu avoir l’honneur de vivre dans un appartement avec ses propres toilettes. C’est plutôt rigolo de penser à ça maintenant… mais à l’époque c’était comme un rêve pour moi d’avoir ma propre salle de bain !

Gunkanjima Public Bath
Gunkanjima Public Bath.

 

Wind & Sea
Wind & Sea.

Sur Les Toits

Doutoku-san : Les toits tiennent une place très importante pour la communauté d’Hashima. Ils avaient de nombreux usages pour nous qui allait bien au delà de celui du simple toit. Certains étaient recouverts d’antennes de télévision. Une antenne à chaque mètre ! Un autre avait son propre banc et même une balançoire.

Pendant l’été, le soir, les habitants se retrouvaient de plus en plus nombreux là-haut. Des étudiants du collège, du lycée, des grand-pères, des grand-mères… et bien-sûr aussi des joueurs de guitare.

C’était réconfortant de savoir qu’il y avait toujours quelqu’un au dessus de nos têtes. Et pour nous, qui habitions dans ce si petits espaces, marcher sur ces toits nous donnait une impression de liberté et de grands espaces.

Gunkanjima Apartments Roof
Gunkanjima Apartments Roof.

 

Hashima Roofs
Hashima Roofs.

 

Gunkanjima Sunset Blocks
Gunkanjima Sunset Blocks.

Les Profs

Doutoku-san : Je me souviendrai toujours de notre professeur de technologie : Hikawa Sensei. Nous l’appelions “La Tortue”. “Kame-chan”. Il devait avoir la cinquantaine mais ses classes étaient toujours emplies de fous rires. Je ne pouvais pas m’arrêter de rire du début à la fin de ses cours. À chaque début de cours, il y avait toujours des ricanements et des messes basses : notre professeur ne fermait jamais correctement sa braguette après avoir été aux toilettes ! Les élèves se demandaient toujours si il devait le lui dire ou pas mais il s’en rendait toujours compte plus ou moins tard et la fermait vite, très vite. À ce moment là, c’était toujours l’éclat de rire général ! Et le sourire embarrassé du professeur était tellement attendrissant. Ce n’était pas seulement un professeur de techno. Il était aussi chargé de trouver un travail pour les étudiants. En ce temps là, même les élèves qui n’étaient même pas encore au lycée avaient besoin de travailler en dehors des cours.

Il y avait cet autre professeur que nous appelions “Becha”. Il était très strict et son vrai nom était Hirakawa-sensei. Je me souviens avoir reçu de nombreuses claques de sa part. Il ne fallait surtout pas être en retard ou être dissipé sinon c’était la baffe assurée ! Il était effrayant mais grâce à lui nous avons beaucoup appris.

Notre professeur de Japonais, Shio-san (Shioikari-sensei) nous enseigna la vie en général et comment elle nous affecte. Il était relativement très consulté pour tous nos problèmes amoureux !

Même si tout cela remonte à 30 ans maintenant, je me souviens très clairement des traits et caractéristiques de chacun de mes professeurs. C’est sûrement peut-être car nous avions des relations très fortes avec eux, nous autres qui vivions sur une si petite île. Maintenant ces souvenirs d’être grondé me donne un sentiment fort de nostalgie. Un sentiment d’autant plus prononcé quand je regarde un des tableaux où leurs noms sont encore inscrits.

Light in Hashima Streets
Light in Hashima Streets.

Après Le Bain

Doutoku-san : Après le bain, j’étais toujours très impatient d’acheter mon jus de fruit au magasin “Nomo”. Je n’avais pas toujours d’argent de poche alors je suivais toujours mon senpai en espérant qu’il me l’offre. Ça marchait la plupart du temps.

Au magasin “Nomo” il y avait aussi une fille que nous appelions la “Kayo-chan du Magasin Nomo”. Elle était adorée de tout le monde et elle était une véritable célébrité sur Hashima. Elle m’accueillait toujours avec le sourire et elle nous donnait envie de rester dans le magasin si longtemps que l’on y prenait froid après le bain. Aujourd’hui, Kayo-chan est toujours en forme. Je la vois se promener dans sa chaise roulante motorisée par-ci par-là. Et comme personne ne connaît véritablement son âge, elle sera toujours la “Kayo-chan du Magasin Momo”.

Hashima Shop
Hashima Shop.

 

Hashima Nursery
Hashima Nursery.

Nagasaki City

Doutoku-san : Beaucoup de gens allaient à Nagasaki le dimanche. Quand j’étais au collège, nous avions besoin d’un certificat de l’école pour nous permettre de quitter l’île. Il fallait aussi être accompagné et ça c’était plutôt bien ennuyeux. Mais enfin, nous étions généralement bien content d’aller à Nagasaki afin de pouvoir profiter de tout ce que nous n’avions pas sur l’île. Faire du shopping ! Acheter des livres, des vêtements ! Avec le certificat de l’école, nous pouvions aussi avoir des réductions.

La première fois que je suis venu sur Hashima (depuis Chikuho), j’ai eu le mal de mer et je détestais le bâteau. Mais après 2-3 mois, ce n’était plus un problème. Peut-être que l’excitation d’aller en ville a complètement rebuté mon mal de mer !

Il y a un quai appelé le Terminal d’Ohato à Nagasaki. C’était notre point d’arrivée depuis Hashima. La rue principale de la ville c’est “Hama no Machi” où se trouve une arcade pleine de commerces. Elle faisait notre bonheur ! C’est quasiment la même que par le passé mais quelques magasins ont disparu… et j’ai comme un sentiment de solitude quand j’y passe aujourd’hui.

C’était ainsi que nous apprécions nos jours de congés ou de vacances. Nous allions à Nagasaki pour la journée et revenions ensuite sur notre île. Nous ne pouvions pas aller plus loin, ni en voiture, ni par le train. Alors, pour nous, Nagasaki était le voyage dont nous rêvions. À chaque fois que je me promène au Terminal d’Ohato, tous ces souvenirs me reviennent.

Hashima Block 30
Hashima Block 30.

Regardons le Ballet des Vagues d’Hiver

Doutoku-san : Le vent du Nord est très fort en Février et tous les jours nous regardions la mer enragée. Durant cette saison, de nombreux bâteaux s’arrêtaient de naviguer et l’activité autour de l’île devenait très calme. Même les marchands ambulants de Takahama ne venaient plus. Moins de ravitaillement, moins de fruits et de légûmes frais. C’était la dur réalité de l’hiver pour nous.

Une fois, j’ai même vu la neige. Je crois que c’était ma première année au collège, ma mémoire est vague mais je me rappelle d’un froid intense qui frappa l’île et nous en profitâmes pour faire un bonhomme de neige devant l’école. Ce fût la seule fois que je vis la neige sur Hashima. Un moment de calme blanc au milieu d’un hiver ténébreux.

Sea of Hashima
Sea of Hashima.
Hashima Ray Of Light
Hashima Ray Of Light.

L’Île Sans Vert

Doutoku-san : Dans les médias, l’île a été appelée “l’île sans vert” à plusieurs reprises. Mais c’était seulement vu de l’extérieur, de la perspective de ceux qui n’y habitaient pas. À mon avis, l’île avait beaucoup de “vert”. La tentation était probablement trop forte et facile de lui apposer ce nom.

Hashima Blocks 16 to 19
Hashima Blocks 16 to 19.

 

Beautiful Gunkanjima
Beautiful Gunkanjima.

 

Abandoned and Covered with Vines
Abandoned and Covered with Vines.

Douce Nuit

Doutoku-san : L’île n’était jamais plongée dans le noir, même au beau milieu de la nuit ; nous pourrions l’appeler la “Cité Sans Sommeil”. Les mines étaient en activité 24/24 et ne s’arrêtaient jamais pour reprendre leur souffle. La lumière était allumée chez ceux qui travaillaient. Rien d’exatravagant, cette lumière, généralement simplement une petite ampoule. Quand le premier shift était terminé, un second set de fenêtres éclairés venaient à replacer les premières. Et de même ensuite pour le troisième et dernier shift. La lumière voyageait ainsi sans jamais ne s’arrêter en passant par toutes les fenêtres. Car oui, il y avait des familles derrière chacune d’entre-elles.

Avec cette lumière nous nous sentions en sécurité, surtout quand nous revenions en bâteau tard le soir. Et les voix des gens pouvaient être entendu même depuis le quai.

Wooden Hashima Apartments
Wooden Hashima Apartments.

 

Hashima Balconies on Fire
Hashima Balconies on Fire.

Haikyo

Doutoku-san : Récemment, quand on parle de haikyo, le nom de Gunkanjima revient toujours. Je ne sais pas si il y a un boom des “haikyo” ou quoi, que c’est une nouvelle manie… mais moi, je n’aime pas du tout ce terme. Dans les médias, ils adorent parler de Gunkanjima avec des titres accrocheurs tels que “La Reine des Ruines”, “L’île Abandonnée”, “La Pierre Tombale”, etc… c’est macabre ! Cependant, pour nous qui avons vécu sur l’île et malgré son état délabré, à bout de souffle, c’est toujours… chez nous. D’où l’ont vient. C’est vraiment triste de juxtaposer Hashima avec haikyo ou ruine. Nous savons que c’est la raison pour laquelle l’île gagne de l’attention mais que penserait les gens si nous appelions leur ville natale une ruine ? De plus, depuis que l’île est inhabitée (1974), elle a été vandalisée à de nombreuses reprises. Aujourd’hui, l’île pleure. Elle souffre et s’éteinds, annéantie petit à petit par les causes naturelles mais aussi par des gens – que je ne peux pardonner – qui continuent à vandaliser l’île.

Hashima Rain
Rain on Hashima.

PS : L’île a été vandalisé à plusieurs reprises. Par exemple, l’artiste JR (que vous connaissez peut-être bien que sa véritable identité soit secrète) est l’un des derniers à y avoir essayé de l’utiliser pour en faire l’une de ses oeuvres d’art. Ce qui n’a pas manqué à révolter les anciens habitants de l’île. Ils ont été nombreux à se rendre sur l’île pour la nettoyer après son passage. Une honte car bien-sûr l’image d’étrangers marchant sur l’île en a pris un coup.

Block 30 with Rain
Block 30 with Rain.

Nous finirons maintenant avec des questions un peu plus pragmatiques… 🙂

Est-ce que le succès de l’île vous satisfait ?

Doutoku-san : Bien-sûr. D’un autre côté, le succès de l’île en tant que spot touristique n’est pas forcément une image positive ses anciens habitants. Mais nous espérons que les touristes songeront à la raison et à l’existence de ce lieu.

Gunkanjima TV
Gunkanjima TV.

L’île est-elle dans un état précaire aujourd’hui ? Est-il possible que tout s’écroule un jour ?

Doutoku-san : Les bâtiments se décomposent lentement mais le plus inquiétant est l’état très précaire de la digue, cette longue muraille qui entoure et protège l’île. Si cette muraille s’écroule, le reste suivra immédiatement. L’île peut donc disparaître en un instant après un typhon. Il est impératif de réparer cette muraille le plus tôt possible.

Sewing Hashima
Sewing Hashima.

Si l’île est inscrite au patrimoine mondiale de l’UNESCO, que se passera t-il ensuite d’après-vous ?

Doutoku-san : Nous aurons beaucoup plus de visiteurs et il y aura aussi beaucoup d’étrangers. Nous ne sommes pas du tout prêt pour accueillir tout ce monde et les guides parlent seulement japonais. L’île aura aura d’autant plus besoin d’être réparé pour sa protection et la sécurité des visiteurs. Malheureusement, la ville de Nagasaki ne fait rien du tout.

Hashima on Fire
Hashima on Fire.

Est-ce que vous avez un message particulier pour tous les adorateurs de l’île ?

Doutoku-san : J’aimerais que vous vous renseigniez sur l’histoire de cette île avant de venir y prendre des photos. Ces ruines sont un résultat annexe de l’égo de l’homme. Elles ne présentent pas de beauté. Il est impératif de songer à la vie des personnes qui y travaillaient et vivaient. Il ne faut pas visiter l’île pour assouvir sa simple curiosité. Pour beaucoup de gens encore cette île représente leur village natal, leur furusato. Ils l’appelent Hashima et non pas la Battleship Island ou encore Gunkanjima. Je veux que les visiteurs comprennent le message très spécial que cette île porte et les problématiques économique, environmentale et sociale qu’elle transmet. La nature supporte la vie. Hashima nous fait songer au futur et à ses challenges.

An Eye on Gunkanjima
An Eye on Gunkanjima.

 

Hashima Balconies
Hashima Balconies.
Abandoned Stairway
Abandoned Stairway.
abandoned, apartment, gunkanjima, haikyo, japan, japanese, kyushu, nagasaki, on-sale, ruin, urban exploration, urbex
Gunkanjima: Apartments

The Hashima Chair
The Hashima Chair.

J’en profite en passant pour vous annoncer que je prépare un nouveau projet très excitant à propos de Gunkanjima avec un ami français et une amie japonaise. Ce sera moins urbex, définitivement. Ce ne sera pas une autre émission TV présentant Hashima comme une ruine ou quelque-chose de similaire comme ça fourmille sur Internet. Non, c’est un véritable projet original qui va présenter l’île avec un point de vue très orignal. Je pense qu’il sera beau et qu’il rendra hommage à l’île et à ses habitants. Je pense que vous allez  aimer 🙂

En attendant, que pensez-vous des souvenirs de Doutoku-san ? Avez-vous des questions à lui poser ? Des idées à partager avec lui ? À bientôt ^^

  • Gaëlle

    Incroyable ton article, j’adore. C’est tellement précieux ce genre de témoignage. Et génial ce nouveau projet sur Hashima, j’ai hâte de voir ça. Des bises,

    • Merci Gaëlle. J’en avais un peu marre de tous ces articles qui parlent de Gunkanjima sans rien rajouter par rapport aux autres, c’est lassant à souhait ! Alors j’essaie de faire des efforts pour apporter quelque-chose en plus. Le nouveau projet va être génial, oui, on va faire de notre mieux ^^ Gambarimasu !

  • Misugi

    Une histoire époustouflante. Un grand merci de nous faire partager tout cela par le biais de ce témoignage et des ces photos extraordinaires. FASCINANT !!

  • Pierre-Yves Gotonin

    Dans quels conditions a-t’il du quitter cette île ? Etait-il content ou triste de la quitter ? C’était longtemps avant sa fermeture définitive ? Si oui, quel fut ses sentiments quand il l’a appris ? どうしてこの島を出たですか?そのときの気持ちはどうでしたか?この島が閉鎖になると知った時気持ちいはどうでしたか?

  • Marion Varenne

    Encore une fois je suis ébahie par tes photos et le témoignage de Doutoku-san est vraiment poignant. Je comprends que le statut de ruine ou de haikyo au yeux des autres personnes puissent le chagriner car pour lui cela restera sa maison. Je rejoins Pierre-Yves Gotonin sur ses sentiments au moment de quitter l’île, le moment où cela s’est fait et s’il a mis longtemps a revenir en “pèlerinage”.

    J’ai hâte de découvrir ce nouveau projet dont tu nous parles , car on lit tout le temps la même chose partout sur le net et je trouve que ton travail est le seul a rendre hommage à tous les habitants plutôt que de dénigrer la façon dont les choses se sont faites…

  • tetoy

    Wah. Juste superbe. Qu’il puisse faire partager son ressenti, son histoire, ses souvenirs… C’est juste superbe. Merci a lui. Je pense que ça devait être un plaisir d’échanger avec lui. Il a fait passer un côté mélancolique et heureux a la fois.
    Je m’y suis projeté l’espace de quelques minutes. Le fait d’avoir tes photos en parallèle rajoute encore plus de cachet. Vraiment j’ai adoré lire ton article.
    Ton livre est sur ma table de chevet prêt a être devoré. Je l’ai feuilletté mais pas encore lu. Je l’attaque ce soir !
    Merci beaucoup à vous deux pour cet article ^_^

  • Cookies Sama

    je te remercie encore pour cette précision , cette homme a une belle âme et il sait dire les choses qu’il faut . J’ai adorer , vraiment beaucoup !
    Tu fais des efforts et tu en es récompenser ! xO
    Cette ile est tellement remplie d’histoire que vraiment on n’a pas toujours l’impression que des gens biens y ont vécut ( entre les prisonniers et les japonais ) De toute façon , tu es le seul qui me donne envie de lire et relire encore et encore ! Belles photos comme d’hab aussi . ; -)

    ( A quand le prochain livre ? )

  • Ernest Whay

    Un témoignage que j’ai lu avec intérêt.
    Une chose m’intrigue, on ne parle et ne voit que la partie qui dépasse de l’eau. Mais qu’en est-il de la mine ? Est ce qu’elle est inondée ? Les galeries devaient immanquablement se développer sous le niveau de la mer. Ou donc étaient stockées les déchets d’extraction ? en mer je suppose. A part sur les archives on ne voit pas d’images de l’entrée de la mine, des bâtiments de travail, place de dépôt, matériel et embarcadère. Merci

    • épavart

      Toujours une forte émission à visiter cette iles et ces appartements
      sont impressionnant, le fait qu’il soit très végétalisé augmente encore
      leur attrait artistique !

      Impressionnante dégradation des piliers, qui un jour cèderons…la nature toujours aussi impitoyable à chaque pas !

      On
      a du mal à ce faire à l’idée que ce lieux fut grouillant de monde, la
      vie idyllique cité plus haut devait etre bien plus dure, la promiscuité,
      meme avec une vision et une culture Japonaise ne devait pas être le
      rêve pour tout le monde sur l’ile, la souffrance, et meme la solitude
      existe meme au milieu d’une foule.

      Cette ile doit rester le symbole de ce qu’il ne faut plus faire, les grands ensemble confinés de sont bon nul part au monde.

      Vivement la suite !!

      @+Laurent Mutzig – épavart

  • épavart

    Toujours une forte émotion à visiter cette ile et ces appartements
    sont impressionnant, le fait qu’ils soient très végétalisé, augmente encore
    leur attrait artistique !

    Impressionnante dégradation des piliers, qui un jour cèderons…la nature toujours aussi impitoyable à chaque pas !

    On a du mal à ce faire à l’idée que ce lieux fut grouillant de monde, la
    vie idyllique cité plus haut devait etre bien plus dure, la promiscuité,
    même avec une vision et une culture Japonaise ne devait pas être le
    rêve pour tout le monde sur l’ile, la souffrance, et meme la solitude
    existe meme au milieu d’une foule.

    Cette ile doit rester le symbole de ce qu’il ne faut plus faire, les grands ensemble confinés de sont bon nul part au monde.

    Vivement la suite !!

    @+Laurent Mutzig – épavart

Facebook

Qui suis-je

azalea, drone, flower, japan, japanese, kyushu, natural, nature, saga, spring

Je suis Jordy Meow, un photographe français qui vit au Japon depuis près de 10 ans. J'aime découvrir des lieux authentiques, étranges, méconnus mais merveilleux. Je suis auteur de plusieurs livres et je prépare des guides sur le Japon en dehors des sentiers battus. Si vous souhaitez m'aider un peu pour que ce site évolue plus vite, rendez-vous sur mon Patreon et... suivez-moi :)

Newsletter