Dessous et Travers de Pyongyang

Dessous et Travers de Pyongyang

Après avoir marqué notre respect à tous les monuments de Pyongyang, il est temps d’aller visiter les commodités de la Corée du Nord. Notre première aventure c’est un tour dans le métro de Pyongyang, le métro le plus profond du monde. Bon, le tour en lui-même est en fait assez court, c’est simplement un stop entre la station de Puhung et celle de Yonggwang. Mais comme je n’ai jamais vu d’étrangers naviguer entre ces deux stations, si vous l’avez fait, levez la main !

Subway in Pyongyang

Dans l’escalator qui descends, je ne peux m’empêcher de me sentir un peu nerveuse sachant que le métro de Pyongyang a été d’abord construit pour des raisons militaires… avec ses nombreuses lignes secrètes ! Il y a deux lignes publiques en activité, et comme les autres moyens de transport public, elles sont extrêmement fréquentées.

Escalators in Pyongyang Subway

Ci-dessous, vous pouvez voir un plan avec les deux lignes; Chollima (千里马, le Pégase Coréen) et Hyoksin (Rénovation). À la grande différence des plans du métro de Tokyo, celui-ci est vraiment très simple. Et si vous êtes un peu handicapé de la tête, il suffit d’appuyer sur les boutons pour que le chemin jusqu’à votre destination s’illumine, comme par magie.

Map of Pyongyang Metro

Tous les trains viennent de Chine et sont construits par la compagnie Changchun (长春汽车厂).

Fisheye in the Pyongyang Subway

En plus de l’usage publique, l’usage militaire à été sérieusement pris en compte lors de la construction. Le fait que les facilités soient situées à au moins 100 mètres sous terre en font un débris maginal abri idéal en cas d’oblitération totale du pays. Aussi, la règle générale en Corée du Nord c’est que tout est mis en perspective à grand coup de chiffres (potentiellement gonflés) donc on doit toujours faire attention à ne pas les croire sur tout…. on ne peut que prétendre connaître la véritable longueur et profondeur du métro.

Revolution in the Pyongyang Metro

Il paraîtrait aussi que le métro de Pyongyang possède une grande place  souterraine avec des routes qui relient toutes les stations entre-elles. On y trouverait des armes militaires et des centres de communication au top de la technologie… Imaginez faire de l’exploration urbaine dans un tel endroit !

Pyongyang Metro Escalator

Après le lugubre voyage dans le tunnel tout sombre du métro, nous sommes de retour à la surface, prêt à visiter les centres de loisir de luxe avec nos potes nord-coréens. Ci-dessous, c’est le salon de coiffure très hype du Changgwang Health Complex, où vous pouvez de faire quelques longueurs avant de vous faire couper les tifs en suivant. Les coiffeurs homme et femme sont séparés.

Haircut in Pyongyang

Voici les coupes très fashion que vous pouvez vous offrir. Très simple, très carré. Qu’est-ce qu’il se passe si vous voulez quelque-chose qui n’est pas en photo ici (le bagne ?). Je me demande aussi quel genre de personnes peuvent se rendre ici et avoir l’honneur de se faire couper les cheveux… On n’y voit pas de jeunes en tout cas.

Haircut Styles in Pyongyang

Mais voilà où les jeunes se rendent : à la piscine. On y trouve plein d’enfants qui s’entraînent ardemment à plonger et à la nage synchronisée. Il vaut mieux bien se préparer car il y aura des performances majeures pour les 100 ans du Leader Vénéré et Président Immortel Kim Il Sung très bientôt !

Pyongyang Olympic Swimming Pool

De très jeunes filles se préparent aussi à la grande célébration. On peut les voir ici avec leurs bouées multicolores, prêtes à danser avec. C’est bien les filles, je me rappelle que Kim Jong Il mentionnait qu’aller à la piscine et se doucher c’est… vraiment très bon pour la santé.

On quitte le lieu et on aperçoit une longue queue de personnes qui attendent pour pouvoir rentrer dans le complexe. Je me demande où ils nagent car la partie que nous avons visité n’est clairement pas ouverte au public.

Le soir en suivant, on se rends à la piscine de l’hôtel avec les maillots de bain qu’ils nous prêtent. J’ai droit à un maillot de bain tout rose avec des fleurs, complètement mouillé. Dans la piscine, impossible d’être tranquille : il y a un garde en gros blouson qui surveille le moindre de nos mouvements.

Swimming Girls in Pyongyang

Maintenant, soyons un peu plus sérieux et rendons-nous à la fameuse Grande Maison des Études du Peuple, lieu mentionné à plusieurs reprises dans l’article précédent. L’intérieur est aussi grandiose que l’extérieur, avec des gens qui étudie en plus.

Main Hall of the Pyongyang People's Study Palace

On nous montre plusieurs classes et salles d’études ultra éclairées, avec des coréens étudiant silencieusement sous les photos des deux dirigeants bien-aimés. Il y a toujours des fleurs et de petits arbustes pour la décoration. Personne ne s’est retourné quand nous sommes rentrés dans chacune des salles, ils sont… très occupés.

Classroom in Pyongyang

Ils prétendent que le bâtiment est ouvert au public et que n’importe qui peut s’y rendre n’importe quand. Il y a aussi des cours gratuits : cours d’allemand, anglais, russe… mais pas de français. On participe quelques minutes au cours d’anglais : la classe est remplie et tout le monde écoute le professeur (nord-coréen) qui parle au microphone. Il faut être honnête, il n’a pas un très bon accent.

dprk, north korea

dprk, north korea

On trouve aussi une salle de musique avec des lecteurs CD alignés les uns à la suite des autres. Notre jeune et énergique guide appelle les responsables qui nous sortent aussitôt un CD français et un CD chinois. Le CD français n’est autre que le “Best Of” de Barbara. Jordy aime bien mais pas ce CD malheureusement sinon on aurait pu se le faire en karaoke. Le CD chinois, rien de terrible : c’est en fait une dame nord-coréenne qui chante de vieilles chansons communistes chinoises.

Music in Pyongyang

On se retrouve enfin sur le toit de l’immeuble qui nous donne une vue sur la ville. Pas de voitures qui roulent bien-sûr, mais plein de gens dans les rues. Il se passe quelque-chose car ils se rendent tous autour du même point. Un peu comme dans un jeu vidéo où les zombies ont trouvé une nouvelle proie.

Roof of People's Study Palace

Prochain stop : l’Hôpital de Maternité de Pyongyang ! Je me demande pourquoi un tel hôpital est ouvert au public alors que les hôpitaux généraux ne le sont pas. Mais suis-je bête, c’est bien-sûr parce que les Nord-Coréens ne sont quasiment jamais malades ! Et les faibles sont de toute façon balancés sur des îles, en dehors.

On arrive à l’hôpital et il y a plein de gens dehors qui attendent avec des fleurs. Nos guides nous répondent joyeusement que ce sont les familles qui attendent les nouvelles mamans avec leurs bébés.

dprk, north korea

dprk, north korea

C’est notre guide “mec” qui nous accompagne pour l’Hôpital de la Maternité. Il est un peu timide et très jeune, probablement pas de copine non plus. Tout traduire et expliquer dans cet endroit le fait rougir non-stop. Notre infirmière Nord-Coréenne lui plaît aussi beaucoup il faut dire… et il finit même par lui demander son numéro de téléphone dans l’ascenseur !

Baby-friendly maternity hospital

On se promène dans l’hôpital en blouse et avec des chaussons (comme au Japon). Il faut noter que cet hôpital est également “baby friendly” : il est bon de savoir que dans les bébés soient les bienvenus dans l’Hôpital de la Maternité !

Breastfeeding in Pyongyang

L’hôpital est très bien, très propre, personne ne court aux urgences, tout est plutôt calme. Les femmes ici ont l’air très à l’aise et heureuses. Et comme dans tous les pays asiatiques, ils encouragent l’allaitement. Ce devait probablement surtout être une consigne de nos chers leaders.

Kim Il-sung and Kim Jong-il together looking towards the bright future

Kim Il Sung ayant décidé qu’avoir des jumeaux, triplets ou quadruplets était une chance supplémentaire pour le pays, voici ci-dessous une liste des cadeaux que vous obtiendrez dans le cas ou vous en avez.

À la fin de notre visite, nous avons l’honneur de pouvoir discuter avec le directeur de l’hôpital dans une grande salle à part – accompagné d’un café – pour discuter de notre “inspection”. Le but est surtout de nous refourguer des CD vidéo d’introduction sur l’hôpital. Euh, non merci en fait. En réponse à une de nos questions, le directeur nous dit que 80% des femmes Nord-Coréennes donnent naissance de façon naturelle.

Maternity Presents in Pyongyang

Le directeur nous invite à donner naissance à notre bébé dans cet hôpital. Très chaleureux ! Mais comme je ne veux pas du CD vidéo, on file en douce très vite.

Plus loin, on trouve une salle avec une machine à UV pour les mamans un peu “faibles”. On visite ensuite une chambre où l’on trouve deux mamans avec leurs bébés. Elles quittent l’hôpital aujourd’hui même, très heureuses. Plus belle la vie.

Très récemment, la Chine a ouvert un supermarché à Pyongyang, mais quand on passe devant il a l’air fermé. On continue. Nous nous retrouvons maintenant dans le centre commercial de Pyongyang, aux allures très années 70-80. Par les apparences, on se rends compte très vite que les gens normaux ne viennent pas ici faire leur shopping. Sans surprises, quasiment tout est importé de Chine. Ils sembleraient pourtant que les riches n’utilisaient que des choses importés d’Europe. J’essaie un élastique pour attacher mes cheveux, mais sans succès. Cet endroit me rappelle un peu les 100 yens shop du Japon. La seule différence c’est que c’est 3 ou 4 fois plus cher ! Pas terrible.

Shopping Mall in Pyongyang

Notre déjeuner est arrangé dans un restaurant à fondue “chinoise”, juste en face du bâtiment des Nations Unies. Je peux voir ses drapeaux “capitalistes” qui flottent par la fenêtre, et ça me rassure quelque-peu. Je me dis aussi que la nourriture doit-être de bonne qualité et saine car elle ressemble beaucoup à celle que l’on mange en Chine. La seule différence c’est que la fondue est servie ici avec des biscuits et du pain. Désintéressée, je n’y touche pas, mais on peut voir que la cuisine fusion est une tendance internationale 😉

Food in Pyonyang

Dans l’après-midi, à la requête de Jordy, on se rend au spectacle acrobatique du Cirque de Pyongyang. Pyongyang est une petite ville mais il y a plus d’un seul cirque (l’autre étant celui de l’armée). Ayant grandit en Chine, je ne porte pas beaucoup d’intérêt aux shows acrobatiques, j’en ai vu assez. Mais c’est la première fois que je vois des gymnastes autant tomber et faire d’erreur lors d’une représentation ! On se sent un peu désolé pour ces jeunes filles et garçons.

Le bâtiment est plutôt moderne et quasiment neuf mais froid comme l’enfer. Le cirque est plein à craquer : des jeunes enfants et des soldats le remplissent, et ils nous regardent tous de temps à autre, avec des airs curieux.

Pyongyang Circus

Nerveuse pendant les acrobaties (à cause des nombreuses chutes et erreurs), je m’amuse cependant beaucoup plus à l’arrivé d’un petit ours noir et de chiens qui jouent ensemble pendant un bon moment. Probablement ma partie préférée ! Et enfin, quand tout se termine, tout le monde attends que nous quittions l’immeuble pour pouvoir partir.

Dehors, on profite du soleil une fois de plus. Notre petit van nous attends pour aller au Pyongyang Film Studio. C’est un endroit que notre Respecté et Adoré Cher Commandant Suprême des Armées Kim Jong-il a beaucoup fréquenté (plus de 100 fois, à en croire les figures à la Nord-Coréenne), mais ça se comprends, puisqu’il était un fervent amateur de cinéma. D’après CNN, le film préféré de Kim Jong-il est “Autant en emporte le vent” et son actrice favorite est Elizabeth Taylor. Il semble qu’il fut une personne tout à fait normal après tout 😉

On se promène dans les studios et alors que l’on passe dans le bloc “Japon des années 50-60” notre guide nous demande quel est notre genre de film favoris. Je réponds que ce sont les histoires d’amour, ce qu’ils n’ont pas vraiment en stock ici. Il nous dit ensuite – avec beaucoup de fierté – qu’en Corée du Nord tout peut-être apprécié à la fois par les enfants et les adultes. Il n’y a jamais de contenu embarrassant ou indécent. Ses préférés sont les films historiques. Oh, vraiment ?

Cameraman at Pyongyang Film Studios

Après la ville Japonaise, nous avons la vieille ville Coréenne et ensuite une ville d’Europe et un village Chinois. Tout est un peu trop “normal” pour être pris en photo, ce sont juste de vieilles villes fantômes. Rendons-nous ailleurs, un peu plus dans la campagne.

Film Studios in Pyongyang

Horse in Pyongyang

Attention : ici, nous nous tenons sur un spot historique. Le Président Kim Jong-il se tenait lui-même exactement à cette position dans le passé, regardant cette longue route, soupesant sa longueur (ce que Jordy fait donc aussi). Il lui donna aussi son nom : la Route des Autruches. Oui, il y a des autruches sur les deux côtés de cette route… Nous voici donc à la fameuse ferme aux autruches ! La chair d’autruche nourrit le peuple Nord-Coréen (les plus aisés du moins, et impossible pour les étrangers d’y goûter) et les plumes et la peau se revendent à l’étranger. De la bouffe et de l’argent. Tout est bon dans ces autruches.

Ostriches Road, Pyongyang.

Notre guide est très fier de nous parler de la technologie avancée qu’ils ont ici élaboré pour pouvoir élever ces autruches. Au début, les autruches ne pouvaient pas survivre aux températures glaciales de Pyongyang. Mais vite, le président a trouvé des solutions et choisi les technologies adéquates pour la survie de ces animaux exotiques.

Impossible de trouver des traces de cette incroyable technologie, même en cherchant bien… il faut peut-être demander directement à ses volatiles pour en savoir plus.

Ostriches Farm in Pyongyang

Il est temps maintenant pour une petite leçon patriotique, un peu comme celle que l’on a en Chine quand on est petit. Voici maintenant le navire d’espionnage américain, le USS Pueblo ! Il fut capturé par la courageuse armée Nord-Coréenne le 23 Janvier 1968. Pour la version américaine, il y a un site officiel. Sinon restez-là.

The Pueblo in Pyongyang

Nous n’avons pas le droit de choisir notre camp et sommes contraint à regarder une vidéo horrible dans ce navire plongé dans le noir, avec des Nord-Coréen armés jusqu’aux dents sans raison. Il fait trop froid, impossible de se concentrer sur l’histoire, on comprends juste que c’est un navire espion américain et qu’il fut capturé. Ensuite, l’impudent gouvernement américain n’a jamais arrêté de mentir, prétendant que c’était un navire qui faisait simplement de la recherche. Il fut contrait d’avouer que c’était finalement véritablement un navire d’espionnage, afin de libérer ses américains à son bord.

Deciphering in the Pueblo Ship

C’est la nuit et nous avons la chance une fois de plus de pouvoir prendre des photos de cette ville étrangement illuminée.

Kim-Jong il in Pyongyang

C’est la dernière nuit, et je la passe avec un incroyable mal à l’estomac, très inquiète de ne pas pouvoir prendre l’avion le lendemain…

The Lights are On at the People's Study Palace

People's Study Palace by night

Le lendemain matin au réveil, je songe au lit doux et chaud et aux bons petits plats de ma maman chez moi à Pékin et ça me motive pour préparer mes affaires. L’aéroport n’est pas très loin, et les procédures sont très rapide, tout se fait dans une même salle, c’est un peu comme une petite station ferroviaire.

Ci-dessous, voici une photo de nous prises avec nos guides, mes posters de propagande dans les mains. Ils sont probablement assez content de se débarrasser de nous :p

Tour Guides in Pyongyang

Assis dans un tout petit avion soviétique, il semblerait que nous soyons toujours sous la domination de notre Cher et Tendre Camarade Kim Jong-il, même si… il ne nous semble pas si actif ces jours-ci non ? Il va falloir refaire toutes les vidéos chez Air Koryo.

Kim Jong-il Is Not Dead

Grand choc à l’atterissage à Pékin. Ce voyage dans le temps de 50 ans en arrière est encore plus choquant quand on y repense après-coup !

Pyongyang from the plane

La première chose que l’on fait quand on arrive c’est d’acheter un bon vieux hamburger au poulet au KFC. Après 4 jours, c’est un  sentiment très agréable de se sentir revitalisé de nouveau à l’Impérialisme. Et en regardant toutes les publicités autour de nous, il est difficile de comprendre comment les Nord-Coréens puissent voyager à l’étranger et… rentrer chez eux, comme si rien n’était. Bref. Longue vie à la République Populaire Démocratique de Corée ! Si tu es toujours là dans 30 ans, on reviendra te voir, ça c’est sûr.

Qui suis-je

Je suis Jordy Meow, bienvenue sur mon blog Japon alternatif. Depuis 10 ans que j’y vis, j’y explore des lieux insolites, méconnus, abandonnés, et une multitude de jolis petits coins pommés. Ici, vous voyagerez dans un autre Japon, entre transportations et perplexités. N’hésitez pas à me soutenir via mon Tipeee. Merci 💜

Newsletter