Ine no Funaya
Ine no Funaya

Les Funaya d’Ine

Niché sur une bande entre terre et mer, ce village pittoresque et ses maisons sur pilotis offre un paysage d’une rare beauté.

Le petit village de pêcheurs de Ine est situé dans la préfecture de Kyoto, à l’extrémité est de la péninsule de Tango. Ce petit bourg authentique s’étend sur cinq kilomètres le long de la baie de Wakasa. Il est connu pour l’architecture de ses maisons traditionnelles de pêche, les funaya. Le terme japonais funaya signifie littéralement “maison-bateau” : 舟 Fune = bateau, 屋 Ya = maison.

Funaya (Boat Houses) of Ine
Funaya (Boat Houses) of Ine

Des maisons-bateaux construites sur l’eau

Construites sur pilotis directement au bord de l’eau, les funaya servent de hangar pour les bateaux de pêche. Le village en compte aujourd’hui plus de 200, toujours utilisées par les habitants qui continuent de vivre des récoltes de la mer.

Funaya (Boat Houses) of Ine
Funaya (Boat Houses) of Ine

Le rez-de-chaussée de ces bâtisses, donnant directement sur la mer, sert à entreposer le bateau de pêche. L’étage est quant à lui traditionnellement utilisé pour les autres activités comme la préparation des filets de pêche ou comme espace de stockage. Presque toutes les funaya ont un grand filet de pêche qui sert de réserve de poissons frais pour la famille.

La maison familiale, appelée “omoya” est généralement située en face du hangar à bateau, de l’autre côté de la rue. Cependant, certains propriétaires ont transformé l’étage de leur funaya en habitation pour y accueillir certains membres de la famille en visite, comme une annexe de la maison familiale.

Il est même parfois possible d’y louer une chambre, car certaines d’entre elles sont des pensions ou des maisons d’hôtes. Vous pouvez y passer la nuit et vous réveiller au petit matin avec la vue sur la baie.

Ine no Funaya
Ine no Funaya

Un village de pêcheurs devenu attraction touristique

Aujourd’hui, la plupart des bateaux utilisés pour la pêche sont plus grands que les bateaux traditionnels en bois, ils ne rentrent plus forcément dans le hangar. Les habitants les amarrent plutôt devant les funaya que dedans.

Le village était autrefois réputé pour la pêche à baleine, mais ces dernières décennies, la population diminue et les jeunes partent majoritairement travailler en ville.

En 1975, les funaya sont inscrites sur la liste des bâtiments à préserver en raison de leurs qualités architecturales traditionnelles et de leur patrimoine régional important. Depuis, le tourisme se développe et attire de plus en plus de visiteurs.

L’attraction phare est de faire tour en bateau de la baie et de nourrir les oiseaux (notamment le balbuzard-pêcheur).

Qui est Jordy Meow ?

Je suis Jordy Meow. Photographe le jour, développeur la nuit. Parfois le contraire.

Je vis au Japon et j’explore les lieux insolites, abandonnés, mais aussi les beaux paysages et petits villages.

Newsletter

Recevez un e-mail par mois (maxi) avec mes derniers articles et livres. C'est le seul moyen de m'aider. Merci de tout cœur ! 💕