La Vallée de Shosenkyo & Nishizawa en Automne

La Vallée de Shosenkyo & Nishizawa en Automne

Les Japonais ont des rites particuliers à chaque saison de l’année. Et en automne, c’est les feuilles multi-colores qui sont à la fête ! Les sites de prévision météo s’adaptent et donnent des informations en temps réel sur la coloration des feuilles selon les lieux, agrémentés de photos, et même parfois des webcams realtime. C’est l’occasion pour moi d’aller dans la préfecture de Yamanashi, où j’avais déjà repéré 2 belles vallées : Shosenkyo Valley et Nishizawa Valley. Je loue une voiture à Kofu (la grande ville locale) et je pars à l’aventure de là.

Shosenkyo Valley - Path
Shosenkyo Valley.

Je fais d’abord un petit tour aux alentours de Shosenkyo en voiture, histoire de m’assurer que c’est bien le meilleur arrêt pour l’observation. Finalement, je m’arrête à un des parkings autour du lieu “officiel”. Pour payer le parking, il me faudra me rendre plus tard dans un petit magasin et y dépenser plus de 1000 yens. Au Japon, beaucoup de parkings fonctionnent de cette façon, et parfois vous serez obliger de déguster un bol de ramen si vous souhaitez vous garer.

 

Je reste pendant un moment, planté là, à contempler cette magnifique cascade… ou plutôt devrais-je dire… à me livrer à des combats de trépieds infinissables avec les photographes Japonais qui sont partout autour ! Il faut dire que le lieu ne manque pas de charme. Non loin de là, une autre cascade, très petite et étroite, passe complètement inaperçue. J’attire l’attention dessus en tentant un début d’escalade.

Little waterfall...
Little waterfall…

Des pièces de 1 centime sont disposées en fil indienne partout dans les rochers. Des offrandes ? Mais cela paraît plutôt radin, je pencherai donc plutôt pour le trip d’une seule et unique personne qui perdure naturellement grâce aux visiteurs amusés.

Shosenkyo Valley
Shosenkyo Valley.

Un cable-car permet de se retrouver en haut de Shosenkyo-Mitake. L’ascension au point le plus élevé se révèle être assez dangereuse, surtout considérant les standards Japonais. Trop penché d’un côté, vous vous retrouverez dans un des torrents de la vallée de Shosenkyo, de l’autre, vous déboulerez sur la ville de Kofu tout en appréciant le Mont Fuji de tous les angles.

Shosenkyo Mitake Tree
Shosenkyo-Mitake.

Beaucoup d’opportunités pour photographier le Mont Fuji d’ici, mais l’exercice se révèle plus difficile que prévu. Les feuilles colorés sont plutôt difficiles à trouver encore ici (un peu trop tôt ?), et il n’est pas évident de trouver des positions stables.

Shosenkyo Mitake Purple
Shosenkyo-Mitake.

En retournant vers Kofu, je m’arrête en plein milieu de nulle-part pour admirer ce panorama avec le Mont Fuji surplombant la ville.

Mount Fuji
Mount-Fuji.

Kofu est une ville très réputée pour son vin dont ils veulent en créer une appellation d’origine controlée, ce qui deviendrait le premier vin purement Japonais ! Cette ville est jumelée avec Pau (mais ils auraient du choisir une autre ville, car autour de Kofu ce sont ce qu’ils appellent les “Alpes Japonaises”), et aussi avec Chengdu, en Chine ! Mais alors, Kofu n’a pas reçu de panda en cadeau ?

Kofu City
Kofu City.

Nishizawa Valley se trouve bien plus loin, dans une direction différente de Shosenkyo. Dès l’arrivée, le spectacle est à couper le souffle. Les feuilles d’automne sont magnifiques ici, la maturité se trouve pile-poil entre la comestibilité et la putréfaction.

Nishizawa Yellow Trees
Nishizawa Valley.

La randonnée est difficile, ça monte et ça descend assez méchamment, mais les paysages sont de toute beautée.

Nishizawa On Fire
Les feuilles rendent l’âme dans un feu-follet rougeoyant.

Seul le bruit du torrent se fait entendre. Pas d’animaux, pas d’oiseaux, pas d’insectes, la fraîcheur à fait fuir tout ce beau monde.

Nishizawa Splashing
Nishizawa River.

 

Nishizawa Magic Lake
Nishizawa Magic Lake

Voilà à quoi ressemble le “sentier”. Nous ne sommes pas seul ! Les visiteurs sont encore plus nombreux qu’à Shosenkyo.

Nishizawa Torrent.
Nishizawa Torrent.
Nishizawa River.
Nishizawa River.

Après une petite gamelle, j’arrive finalement à me stabiliser et à prendre des photos au milieu d’un torrent. Pour la première fois, je comprends vraiment les difficultés mais aussi le plaisir qu’on les photographes de paysages naturels !

Nishizawa River Down
Nishizawa River Down

Plus on monte et plus on trouve des cascades, bientôt nous arriverons au point phare de la balade.

Nishizawa Yellow Leaves
Yellow Leaves.

Et on y arrive enfin: la Nanatsugama Godan no Taki. Cette fois-ci vue de son centre. Cette photo est la raison pour laquelle je suis venu à Nishizawa !



Nanatsugama Godan no Taki
Nanatsugama Godan no Taki

La ballade n’est pas fini pour autant, et heureusement il n’y à pas retourner en arrière, on peu revenir au parking via un autre chemin.

Nanatsugama From Below
Nanatsugama Godan no Taki.
Petit haikyo d'automne.
Petit haikyo d’automne.

C’est fou ça, partout où je vais il y a toujours des ruines !

Nishizawa Abandoned Rails
Des rails abandonnées.

Un fabuleux bal costumé de la nature…

Nishizawa Colorful Trees
Arbres colorés à Nishizawa.

Et à part le bruit du vent dans les feuillages, on ne peut rien entendre. Apprécions les derniers paysages de la journée ainsi…

Moutains Around Nishizawa
Nishizawa.

 

Nishizawa Valley Soft Colors
Nishizawa Valley.

 

Nishizawa Valley Road
Nishizawa Valley.

 

Nishizawa Valley Trunks
Nishizawa Valley.

Je suis content d’avoir pu participé au rite automnale cette année, autant pour les photos que j’ai pu prendre mais aussi pour le bonheur d’une petite randonnée rafraîchissante. Retour à Tokyo, la tête pleine de feuilles colorées ! 😉

  • Audrey Fourrier

    Ton blog est sublime et plus particulièrement cet article. Je suis sûre qu’on peut trouver ce genre de paysage en France aussi mais je ne sais pas où.
    Merci de nous faire partager ça !

    • En Ardèche il doit y avoir des endroits aussi beaux que ça je suis certain !

  • *ici Hellswing (Nico), mais je change de formule ^^. On se fait connaître comme on peut hein :p*

    Magnifique, ces paysages…Et pour nous en faire profiter, tu prends des risques ^-^ J’espère que ton matos est bien assuré.

    Attention, la photo http://totorotimes.wpengine.com/wp-content/uploads/2010/12/nanatsugama-godan-falls.jpg et la dernière ne s’affichent pas sur ta page :s
    Et au passage, si il te manque quelqu’un pour te débarrasser des ramens… >-<

    • Coucou, et désolé pour le retard dans ma réponse 🙂 Merci beaucoup pour ce détail, en effet je crois que j’ai un petit bug qui détruit mes images parfois ! Pfiou, il va falloir que je vérifie pas mal de mes articles 😉 Ou que je fasse simplement plus attention.

      À propos des risques, et bien justement, je viens de passer 2 semaines à Okinawa et j’ai détruit mon appareil et une lentille ! Je te raconte pas la note pour la réparation… enfin, il revient aujourd’hui 😉 Il va falloir que je poste tout ça maintenant !

Facebook

Qui suis-je

azalea, drone, flower, japan, japanese, kyushu, natural, nature, saga, spring

Je suis Jordy Meow, un photographe français qui vit au Japon depuis près de 10 ans. J'aime découvrir des lieux authentiques, étranges, méconnus mais merveilleux. Je suis auteur de plusieurs livres et je prépare des guides sur le Japon en dehors des sentiers battus. Si vous souhaitez m'aider un peu pour que ce site évolue plus vite, rendez-vous sur mon Patreon et... suivez-moi :)

Newsletter