Gunkanjima : Le Block 65

Gunkanjima : Le Block 65

Un beau voilier navigue vers une île abandonnée au milieu de l’océan sous l’emprise de cyber-terroristes. Un James Bond qui débarque tranquille et qui se fait immédiatement menotter. Pour ensuite se diriger nonchalamment vers un bâtiment aux allures fantasmagoriques…

Je retiens mon souffle sur mon siège de cinéma… “Le Block 65 ! C’est le Block 65 de Gunkanjima !”, j’ai envie de crier. Heureusement, un pop-corn bienfaiteur que j’ai en travers de la gueule m’en empêche.

Glance...
Glance…

Le Bloc 65, c’est le bâtiment “icône” de l’île abandonnée de Gunkanjima. Pardon ? Vous ne savez toujours pas ce qu’est Gunkanjima ? Vite, allez visiter mon sommaire sur Gunkanjima 🙂 Sinon, je vous emmène faire un safari au Bloc 65.

Tour du Bloc 65

Le front de l’immeuble – celui même devant lequel James Bond déambule – n’est en fait pas du tout l’entrée principale. C’est simplement une cour où on pouvait voir les enfants jouer et on y trouve d’ailleurs encore des restes d’attractions.

Towards Block 65.
Towards Block 65.

Le côté nord du bâtiment est très différent (enfin, c’est relatif me direz-vous). Il y a une sorte d’avancée avec des balcons et ceux-ci sont les seuls qui n’appartiennent pas à des appartements (ils sont publics). Il y a une explication : à l’origine devait se trouver ici un gros ascenseur mais il ne fût jamais construit. C’est devenu ensuite une entrée plutôt commode. Elle donne directement sur l’hôpital, juste en face, et derrière à gauche c’est l’école. On pouvait aussi accéder à cette dernière via une passerelle au dernier étage (d’ailleurs il ne vaut mieux pas tenter de l’emprunter).

North Side.
North Side.

Le Bloc 65, c’est un U constitué de 9 étages en béton armé soumis à l’épreuve des bombes. Ou presque : le bâtiment tombe littéralement en miettes, lentement mais sûrement. À l’époque, c’était bien pratique d’utiliser l’eau de mer environnante pour couler le béton, mais avec les années, le sel revigoré par l’humidité ambiante bouffe goulument toute l’armature. Les barres d’acier se réduisent presque totalement en poussière au moindre contact.

James Bond was here! Almost.
James Bond was here! Almost.

À regarder de plus près, certaines parties semblent être en meilleur état. En fait, les 7 premiers étages de la partie de gauche (nord) furent construits en 1945. À ce moment là c’est encore la Seconde Guerre Mondiale et c’est le seul building qui fût construit dans tout le Japon ! Le nom qui lui est alors donné est… “Au Service du Pays”.

En 1947, deux étages lui sont rajoutés. En 1949, la partie centrale (est) est construite. Enfin, en 1953, ils bâtissent un 10ème étage (une sorte de crèche ; vous voyez la maison blanche en haut ?), et ils en profitent pour rajouter tout le côté droit (sud). Près de 10 années séparent donc le bâtiment nord de celui du sud et ce dernier, flambant neuf, est appelé “Le Nouveau 65”. En plus, ils ont des toilettes avec des chasses d’eau ! On voit clairement sur la photo ci-dessus que la qualité de la construction est différente.

Grandiose Decay.
Grandiose Decay.

Étonnamment, les balcons de bois résistent encore à peu près au poids des années, aux intempéries, et aux explorateurs urbains. Certains d’entre eux sont même encore intacts alors que les pseudo baies vitrées qui se trouvent derrière sont complètement défoncées.

Le building rappelle assez l’incroyable Citadelle de Kowloon de Hong-Kong qui fût démolie en 1993. On peut facilement imaginer le lieu encore plein de vie avec du linge multicolore qui sèche sur les balcons.

Decay Close-Up.
Decay Close-Up.

Marcher au milieu de ce lieu cauchemardesque se trouve être en réalité un véritable bonheur. Le calme d’un lieu abandonné, la grandeur d’une architecture insensée, le sifflement du vent et l’odeur iodée de la mer.

Foliage & Ruins.
Foliage & Ruins.

Bon, assez rêvé, le temps nous est compté ! Alors allons vite faire un tour dans les 17 kilomètres carrés d’intérieur.

L’intérieur du Bloc 65

Il y a 317 appartements dans le Bloc 65, alors malheureusement on ne peut que marcher très vite et jeter des coups d’oeil dans chaque pièce afin de trouver les scènes dignes d’intérêt. Les appartements se ressemblent tous, de même taille, avec un sol de tatamis plutôt en bon état si je devais les comparer à ceux que l’on trouve dans d’autres ruines.

First floor.
First floor.

Au détour d’un escalier, on tombe sur un vieux pachinko de marque Kyoraku. Il est très simple et un peu plus petit que ceux auxquels nous sommes habitués dans les salles de jeux modernes. Me voilà avec un nouveau rêve : trouver une vieille salle abandonnée avec des rangées pleines de pachinko comme celui-ci ! À l’époque, toutefois, ces salles devaient être beaucoup plus petites que celle d’aujourd’hui.

Gunkanjima's Pachinko Machine.
Gunkanjima’s Pachinko Machine.

 Allons visiter ces appartements de plus près…

Hashima Style Entrance.
Hashima Style Entrance.

On monte les escaliers…

Block 65 Stairs
Block 65 Stairs

Une particularité du Bloc 65 sur Gunkanjima est que l’on y trouve une pléthore d’objets. Les autres immeubles contiennent en effet beaucoup moins de choses. Pourquoi ? Cela est un mystère, mais j’ai toutefois deux théories plausibles : soit il a été habité jusqu’au dernier moment (les derniers habitants ont dû partir à la va-vite) soit ses habitants étaient plus riches que les autres et ont préféré se débarrasser de leurs vieilleries.

Abandoned Fridge.
Abandoned Fridge.

Ci-dessus, un frigidaire de marque National (aujourd’hui Panasonic). L’île est en fait loin d’être à 100% du Mitsubishi.

1st Floor Room.
1st Floor Room.

Ici se trouve une “High Look Console” (mais qu’est-ce que c’est ?) aux côtés d’une horloge Seiko, très similaire à celle que l’on trouve en haut du Wako Building à Ginza, Tokyo. Et elle marche encore ! … celle de l’immeuble à Ginza, bien-sûr 😉

The Death Clock.
The Death Clock.

Voici l’une des nombreuses télévisions vintages que l’on trouve sur l’île. Vous ne le savez peut-être pas, mais au Japon, une fois par an, le percepteur de la chaîne nationale NHK vient frapper à votre porte pour vous demander de payer votre redevance visuelle. Forcément personne ne veut payer, alors ils sont entraînées à être persistants et pleins d’arguments (mais attention aux faux percepteurs comme l’on trouve dans 1Q84 !). Je ne parle pas japonais, je ne regarde pas NHK, mais le fait d’avoir une télévision suffit. Les étrangers s’épargnent néanmoins très souvent de payer la facture (ils ne peuvent pas vraiment vous forcer la main de toute façon). Au Japon, plus d’un million de personnes ne la payent pas non plus.

Maintenant, je me demande : comment ça se passait sur Gunkanjima ? Devaient-ils aussi payer la redevance visuelle ? Monsieur NHK venait-il sur l’île frapper à toutes les portes ? Mais c’était sûrement couvert par Mitsubishi.

NHK 1974.
NHK 1974.

L’un des objets que l’on retrouve le plus sur l’île sont les machines à coudre. Bien sûr, celles-ci sont à 100% des Mitsubishi, et elles ont pris un sacré coup de vieux !

Mitsubishi Sewing Machine.
Mitsubishi Sewing Machine.

Mitsubishi… 

El Diablo Mitsubishi.
El Diablo Mitsubishi.

Une bonne vieille machine à laver Twin Tub. Mais, quésako ça, Twin Tub ? En général, nos machines à laver sont soit à chargement par le dessus, soit à chargement frontal. La Twin Tub, elle, est un type encore un peu différent. Elle a deux tambours verticaux avec chargement par le dessus : l’un pour laver et l’autre pour sécher (par spinning). L’avantage de celle-ci est que l’on peut réutiliser l’eau de lavage plusieurs fois, vous savez, jusqu’à ce qu’elle devienne noire… et sécher en utilisant l’autre tambour. Il fallait bien faire des économies d’eau sur Gunkanjima !

Ruined Washing Machine.
Ruined Washing Machine.

Les appartements de Gunkanjima donnent une intimité très restreinte. Du balcon, il était possible de surveiller une bonne centaine de voisins d’un seul coup d’oeil ! Toutefois, la taille de l’école indique que l’on y faisait beaucoup d’enfants. Entre 1947 et 1949 c’est le baby-boom japonais, avec une moyenne de 4,32 enfants par femme. Un miracle qu’ils aimeraient aujourd’hui bien renouveler.

Top-Floor Apartment.
Top-Floor Apartment.

Voici Poron-chan. C’est une poupée dansante qui est toujours vendue aujourd’hui.

Poron-chan.
Poron-chan.

Et pour finir, un des très rares téléphones encore présents sur l’île.

Hashima Phone.
Hashima Phone.

Sur le toit

Je me demandais où était passé le mannequin en plastique de l’hôpital, et bien le voilà ! Quelqu’un l’a monté jusqu’ici pour des raisons obscures.

It Moved Again!
It Moved Again!

Nous sommes ici dans la maisonnette sur le toit, le “10ème étage”. C’est supposé être une crèche ou un jardin d’enfants, mais pas grand chose ne nous le prouve. Sur la gauche au fond, on aperçoit une sorte de bain : ce n’est pas un onsen, mais c’était apparemment un bassin avec des poissons.

Top-Floor Onsen.
Top-Floor Onsen.

C’est à se demander aussi comment on pouvait laisser traîner les enfants tout en haut. J’imagine que la sécurité devait être de meilleure qualité à l’époque, mais quand-même.

Balcony Of Hell.
Balcony Of Hell.

Pas de tremblement de terre s’il vous plaît… 

Looking-Down.
Looking-Down.

La seule chose qu’il reste en haut c’est ce toboggan. Il se trouvait originellement aux côtés d’une piscine.

Block 65 Rooftop.
Block 65 Rooftop.

Pour finir, il y a toujours un endroit que je rêvais de visiter sur Gunkanjima. C’est le coiffeur ! J’ai vu quelques photos, mais elles étaient toujours dans le noir et pas très nettes. Alors à mon tour de m’y essayer.

Le Coiffeur du Bloc 65

Le coiffeur se trouve dans le sous-sol du Bloc 65. C’est un vrai salon, avec ses machines de séchage et ses gros sièges confortables. Quelle ambiance !

Gunkanjima Hairdresser.
Gunkanjima Hairdresser.

Je me rappelle maintenant du menu coiffure que j’avais vu en Corée du Nord (cherchez la photo dont je parle). Les clients de ce salon devaient probablement commander des coiffures similaires 🙂

Hairdresser Salon.
Hairdresser Salon.

Ce salon de coiffure est très peu fréquenté par les explorateurs urbains. Peut-être parce qu’il est plus difficile d’y prendre des photos, qu’il faut y passer un peu plus de temps ? Ou peut-être parce que l’endroit n’est pas évident à trouver ? Quoiqu’il en soit, c’est devenu mon lieu préféré du Bloc 65.

Hairdresser Chair.
Hairdresser Chair.

Cette endroit n’est-il pas délicieux !?!

HASHIMA HDR.
HDR HASHIMA

Nous avons terminé notre tour du Bloc 65. Vous avez apprécié ? Nous irons ensuite visiter les autres appartements de Gunkanjima, très différents en style et en ambiance… mais vous verrez.

Un dernier petit détail pour finir (en plus du HDR ci-dessus sans goût) : Daniel Craig n’a jamais posé le pied sur l’île. L’île abandonnée de Skyfall est simplement un amas d’octets en forme de Bloc 65…

  • J’aime beaucoup cette série. De toutes celles de l’île, c’est celle là que je préfère, avec une mention spéciale pour celles de la crèche sur le toits.

    • C’est en effet le building le plus intéressant de toute l’île. Après, il est assez répétitif, tu verras l’article suivant porte sur les appartements et ça sera un peu plus funky.

  • J’ai adoré cet article, comme tous ceux sur Gunkanjima ! J’adore en particulier tous ceux où tu nous racontes l’histoire des lieux, je trouve ça passionnant !

    • Je vais essayer de continuer à raconter plein d’histoires car il y en a beaucoup, le problème c’est que toutes les informations sont dans des bouquins écrit en Japonais, le boulooooot !

  • meuh11

    Block 65 = Waow, il y a vraiment une drôle d’ambiance et le salon de coiffure je crois que c’est ce que j’ai préféré 😉 de plus les photos sont encore une fois très belles, j’ai bien aimé les différents jeux de couleurs sur cet article et je veux toujours en savoir plus sur cette ile !!

    • Il est génial ce salon de coiffure ^^ Tu veux en savoir plus, okay, mais genre quoi ? :p Il ne reste que 4 articles alors si tu as des special requests, vas-y 🙂

      • meuh11

        J’ai hâte de découvrir l’hôpital ^_^

        • Okay 🙂 Par contre je me le suis fait sous la pluie celui-là, avec des bâteaux qui tournaient constamment autour de l’île, du coup c’était pas évident de prendre de bonnes photos, mais bon, elles seront là 🙂 Entre-temps avec un peu de chance je pourrai y retourner et en prendre plus mais bon, chaud chaud.

          • meuh11

            oh c’est dommage, mais c’est pas grave je m’en contenterai 🙂 c’est déjà bien que tu partages tout ça ^_^

  • Héhé, j’apprécis énormément quand il y a encore des objets usuels, qui n’ont pas disparu en souvenir…

    Le frigo, excellent, la télé, la machine à coudre, j’aime beaucoup ces détails, ne manque qu’un vieux Tonka ou une petite Tomica, en plus des poupées !

    Et le must, un salon de coiffeur avec encore un maximum d’objet, formant un ensemble aux couleurs
    déterminé par dame nature.

    Nature sans pitié, qui rongera et brisera ces murs petit à petit, jusqu’a ce
    qu’un jour la faiblesse structurelle des étages du bas, provoqueras
    l’éffondrement totale, façon chateau de carte !

    A moins qu’un tremblement de terre n’accélère le processus , l’histoire de l’archipèle en a vu d’autre !

    @+épavart

  • Sylvain Licorne
    • En effet, c’est assez rigolo mais pas très bien fait. Je pense qu’ils auraient dû en faire moins mais en mieux.

  • Cookies Sama

    ………. magnifique, absolument délicieux >____> , je suis juste en désespoir devant cette machine a coudre rouiller , si belle, si vielle , si seule !!!

    J’ai vu des prises de vue sur google maps, pas si libre que sa pour mieux voir, mais j’ai eu juste l’impression de regarder un film d’horreur , sur google maps (Oço) … j’ai eu peur !!!

    au faites , est ce que tu utilises un modificateur d’image pour sublimer les couleurs, les réchauffées ou les contrastées ?

    • Les photos sont travaillées / développées avec Adobe Lightroom.

      • Cookies Sama

        genial merci , moi je ne suis que petite a coté de toi . J’utilise picasa … tape pas !

Facebook

Qui suis-je

azalea, drone, flower, japan, japanese, kyushu, natural, nature, saga, spring

Je suis Jordy Meow, un photographe français qui vit au Japon depuis près de 10 ans. J'aime découvrir des lieux authentiques, étranges, méconnus mais merveilleux. Je suis auteur de plusieurs livres et je prépare des guides sur le Japon en dehors des sentiers battus. Si vous souhaitez m'aider un peu pour que ce site évolue plus vite, rendez-vous sur mon Patreon et... suivez-moi :)

asia, autumn, hokkaido, japan, japanese, lake, natural, nature

Ne ratez pas mes futurs articles :)

Recevez de mes nouvelles une fois par mois. Pas de spam. Si il n'y a aucun nouveaux articles, aucun e-mail ne sera envoyé :)

You have Successfully Subscribed!